Twitter - Voix du Midi

25 février 2014 - 19:06Municipales, Politique

Cohen (PS) et Moudenc (UMP) au coude-à-coude à Toulouse

Un sondage IPSOS pour France 3, France Bleu Toulouse et La Dépêche du Midi donne Pierre Cohen vainqueur avec 51 % des voix. L’écart se resserre.

Le Capitole à Toulouse, siège de la mairie
Le Capitole à Toulouse, siège de la mairie
 

La partie sera serrée à Toulouse si l’on en croit le sondage Ipsos pour France 3 Midi-Pyrénées, France Bleu Toulouse et La Dépêche du Midi rendu public ce mardi 25 février.

À moins de 30 jours du premier tour des élections municipales, ce sondage donne le maire sortant et candidat PS-PRG-MRC-PCF Pierre Cohen vainqueur avec 51 % d’intentions de vote devant Jean-Luc Moudenc, candidat UMP-UDI-Modem, crédité de 49 % des suffrages.

Si Pierre Cohen reste une nouvelle fois le favori des sondages, l’écart avec son challenger se resserre considérablement.

J.-L. Moudenc (UMP) reprend cinq points

Il y a un an, un sondage publié par Objectif News pronostiquait une victoire de Pierre Cohen avec 57 % des voix. Au mois de mai, une nouvelle mesure opérée par BVA pour La Dépêche du Midi avait déjà nettement resserré l’écart : Pierre Cohen était donné vainqueur avec 52 % des suffrages devant Jean-Luc Moudenc.

Cet automne, un sondage Ifop-Fiducial pour Sud Radio et le JDD évaluait une victoire de Pierre Cohen avec 54 % des voix devant le même Jean-Luc Moudenc.

Enfin, le 13 janvier dernier, l’institut BVA, sollicité par Le Parisien et France Inter réévaluait encore l’écart, donnant Pierre Cohen vainqueur avec 56 % devant Jean-Luc Moudenc (44 %).

Jean-Luc Moudenc (UMP) reprend donc cinq points à son adversaire en un mois selon les mesures de BVA en janvier et Ipsos, ce mardi.

Le FN à 6 % et les Verts à 7 %

Ipsos mesure un premier tour survolé par les deux « gros » candidats du scrutin.

Le candidat Jean-Luc Moudenc vire en tête avec 37 % d’intentions de vote confirmant un statut de vainqueur du premier tour que le large rassemblement autour de sa liste lui a toujours conféré dans les sondages.

Pierre Cohen pointe en seconde position avec 36 % d’intentions de vote. Un score élevé malgré une forte division à gauche (six listes).

Pierre Cohen doit composer avec Antoine Maurice (EELV) arrivant en troisième position avec 7 % d’intentions de vote, Jean-Christophe Sellin (Parti de gauche), 4 %, Jean-Pierre Plancade (divers gauche), 2 %, Ahmed Chouki (1 %), Sandra Torremocha (1 %) et Élisabeth Belaubre (1 %). Soit un total de 52 % totalisé par l’ensemble des candidatures de la gauche.

Dans le camp d’en face, Christine de Veyrac (divers droite) totaliserait 4 % des voix et le candidat FN Serge Laroze ne dépasse pas les 6 % d’intentions de vote.

Le risque d’une triangulaire PS-UMP-FN au second tour paraît s’éloigner.

Mauvais report à gauche

Les éléments complémentaires du sondage IPSOS indiquent que Pierre Cohen accuse un mauvais report de voix à gauche. Pour l’exemple : 20 % des électeurs d’Antoine Maurice (EELV) au premier tour ne voteraient pas Pierre Cohen au second ; 7 % s’abstiendraient et 14 % iraient voter Jean-Luc Moudenc… Les conséquences des relations houleuses entre socialistes et écologistes durant le mandat sans doute.

D’après les mêmes éléments complémentaires, Ipsos assure que trois électeurs sur quatre sont déjà certains de leurs choix et ne changeront pas d’avis. Le taux s’élève à 87 % chez les électeurs de J.-L. Moudenc. Il n’est que de 66 % pour le contingent électoral potentiel de Pierre Cohen.

Les conséquences

Bien que tout sondage soit à prendre avec précaution, leur facteur psychologique n’est pas à négliger. À moins d’un mois du scrutin, cette nouvelle mesure redonne légitimement confiance à un camp et un électorat de Jean-Luc Moudenc malmenés par le précédent sondage BVA du mois de janvier.

À gauche, le score envisagé de Pierre Cohen au second tour (11 points en dessous du capital de 62 % récoltés par François Hollande à la présidentielle de 2012) oblige le PS mobiliser plus fortement son électorat.

Un communiqué de presse expédié en ce sens par le Parti communiste un quart d’heure après la publication du sondage en dit d’ailleurs long sur la pointe d’inquiétude qui gagne pour la première fois la gauche toulousaine.

  1. Je vous invite à lire la chronique parue ce jeudi 27 février, dans Toulouse infos…à propos de la réalité de ces sondages.
    (Copier-coller le titre ci-dessous dans votre moteur de recherche pour avoir accès à la chronique):

    Sondages Municipales Toulouse : Moudenc finira-t-il comme Balladur ?

  2. mounette le 26/02/2014 à 14:05

    Je suis pro moudenc, nous allons gagner j’en suis sure ……

  3. Jean-Michel LATTES le 26/02/2014 à 13:41

    On verra Gold, on verra… mais quel changement de style dans vos messages en quelques semaines !

  4. Qui ne se souvient pas des intentions de votes prêtées à l’époque à 19% pour Chirac, contre 60% pour Balladur au sein de la droite?
    Créditer aujourd’hui Christine de Veyrac de 4% d’intentions de votes, relève pour moi des mêmes erreurs de jugement.
    Car contre toute attente, c’est Chirac qui fut élu, et non pas Balladur.
    Nous avons le même rapport aujourd’hui entre Christine de Veyrac et JL Moudenc
    Je pense que nous aurons également sur ce point, des surprises…

Commenter