19 mars 2013 - 06:23Municipales, Politique

Exclusif: François Chollet donne son soutien à Jean-Luc Moudenc (UMP)

Le conseiller municipal de Toulouse préfère Moudenc (UMP) à De Veyrac (UDI) pour conduire les chances de son camp aux élections municipales de 2014.

François Chollet (à gauche) et Jean-Luc Moudenc, alors maire de Toulouse en 2008 © DR.
François Chollet (à gauche) et Jean-Luc Moudenc, alors maire de Toulouse en 2008 © DR.
 

Le conseiller municipal UMP de Toulouse et célèbre neurologue a fait son choix: il soutient Jean-Luc Moudenc pour les élections municipales de 2014 à Toulouse et n’offrira donc pas son concours à Christine de Veyrac, candidate déclarée pour l’UDI.

Il nous l’a annoncé hier, en exclusivité: « Je suis membre de l’UMP et j’appartiens à la sensibilité centriste de mon parti. Je ne quitterai pas l’UMP pour l’UDI et je serai fidèle à mes couleurs. Donc, si l’UMP investit Jean-Luc Moudenc, je le soutiendrai», assume François Chollet qui se dit par ailleurs opposé à une primaire.

Dissident, depuis 2010, du groupe d’opposition de Jean-Luc Moudenc à la mairie de Toulouse, avec quatre autres élus dont René Bouscatel et Marie Déqué (UMP), François Chollet avait jusque ici adopté une position attentiste, conseillant l’apaisement et le dialogue aux troupes parfois vindicatives de l’UDI et de l’UMP.

« Je ne vois personne d’autres pour gagner»

« Ce qui m’a décidé à clarifier ma position ? Le climat épouvantable qui égare nos électeurs. A un an des élections municipales, l’heure est venue de les rassurer et j’espère que cette décision pourra y participer», explique François Chollet qui a, selon nos informations, déjeuné avec Christine de Veyrac, la semaine dernière.

« Jean-Luc Moudenc à la légitimité du suffrage universel, ce qui est important. Et je ne vois personne d’autre pour gagner Toulouse», poursuit-il.

« J’attends de Jean-Luc qu’il réalise l’union»

Plus que jamais partisan d’une liste unique, « j’attends de Jean-Luc qu’il réalise maintenant l’union de nos forces, qu’il fédère l’UMP, l’UDI et le Modem. Ce ne sera pas simple et je l’y aiderai car le bon casting pour gagner Toulouse réside dans cette alliance», annonce François Chollet qui entend être facteur de cohérence, à la fois pour Toulouse mais aussi au plan départemental, avec le concours du sénateur-maire UDI de Revel Alain Chatillon.

Très proche de René Bouscatel, il pourrait s’avérer comme un interlocuteur précieux entre le président du Stade toulousain et Jean-Luc Moudenc. « Bouscatel ne pourra rien faire sans Moudenc et Moudenc ne pourra rien faire sans Bouscatel», devise celui qui avait, un moment, poussé l’idée que René Bouscatel incarnait une « troisième voie» pour conduire une liste unique du centre et de la droite.

Son positionnement était attendu

C’est en tout cas un soutien de poids que reçoit le candidat de l’UMP Jean-Luc Moudenc. Dans l’attente d’un arbitrage parisien, personne ne voulant l’affronter par une primaire, ce dernier compose toujours avec la concurrence de Christine de Veyrac malgré un sondage sans équivoque le jetant loin de sa concurrente et une base militante cinq fois supérieure.

Venu en politique grâce à Philippe Douste-Blazy dont il fut un maire-adjoint de 2001 à 2004 avant d’être un collaborateur précieux de Jean-Luc Moudenc de 2004 à 2008, François Chollet est un homme de dossier appliqué, connu pour son calme et sa pondération. Il se situe parfaitement dans la filiation de ce centre-droit toulousain installé par les Baudis et continué par Douste-Blazy puis Moudenc.

Il fait figure d’autorité morale au sein des milieux de la santé, des sciences et de l’université, et compte d’importantes connexions avec le milieu économique toulousain.

Son positionnement n’en était que d’autant plus attendu. Et n’en sera que d’autant plus déterminant.

 

Trackbacks/Pingbacks

  1. Notre abécédaire (ironique et non-exhaustif) des candidats aux municipales 2014 à Toulouse et de leurs soutiens | Dans la ville rose.com
  2. Chollet marron ! | Dans la ville rose
Commenter